M. Frédéric MANON Conseiller municipal à Lacroisille

Monsieur le Président de l’association des maires du Tarn,
Je viens de recevoir en tant qu’élu du Tarn votre appel au rassemblement du 15/11/14 organisé par l’association « Tarn ruralité » ainsi que le projet de courrier que vous nous demandez de signer et destiné à soutenir le préfet du Tarn et le président du conseil général du Tarn dans le dossier du barrage de Sivens.
Je tiens à vous faire savoir que votre démarche me révulse profondément, que ce soit sur l’appel à ce rassemblement ou sur le contenu du courrier de soutien. Je ne me retrouve absolument pas, ni dans votre démarche partiale et mal informée, ni dans vos propos, qui ne peuvent qu’attiser une situation déjà dramatique.
Vous écrivez « … dans un état de Droit, les décisions prises par les élus, dans le respect des règles démocratiques, ne sauraient en aucun cas être remises en question. »
Pour ma part, si j’ai souhaité être élu, c’est pour me mettre au service de mes concitoyens et prendre des décisions dans l’intérêt collectif, mais certainement pas pour m’arroger une parcelle de pouvoir qui me permettrait de décider de tout et n’importe quoi sans que mes décisions soient remises en question. La légitimité de prendre des décisions, je ne la tire pas d’un vote sur une élection, je la tire de la confiance à chaque instant que peuvent m’accorder mes concitoyens sur des dossiers auxquels je dois dialogue, transparence et honnêteté.
Si je suis membre actif d’un mouvement citoyen reconnue d’utilité publique depuis près de 40 ans (FNE), c’est parce que je considère comme Rémi Fraisse et tous les membres associatifs, que notre environnement est une richesse à préserver pour les générations futures, que j’ai à jouer en tant que citoyen, un rôle de veille, de lanceur d’alerte, d’information, d’expertise et d’opposition constructive sur des projets qui mettent en péril l’environnement et donc l’intérêt général. Car si l’environnement et la nature peuvent se passer de l’homme, l’homme lui ne peut s’en passer. Dans tous les cas, ce n’est pas pour enfreindre la loi et perturber l’ordre public, et je ne cautionnerai jamais les actes de violence quels qu’ils soient.
Si les processus décisionnels sur le dossier du barrage de Sivens avaient été réellement respectés, en toute transparence, si le conseil général, maître d’ouvrage, avait eu la volonté, le courage et l’intelligence de remettre en cause ce projet au cours des dernières années, projet reconnu aujourd’hui par l’Etat inadapté, surdimensionné, dispendieux au regard de l’intérêt collectif, alors nous n’aurions pas aujourd’hui un drame avec la mort de Rémi, et une profonde défiance envers les élus et leur légitimité.
Pour vous éclairer, car votre vision très orientée du dossier Sivens donne à la majorité des élus du conseil général pro-barrage, la préfecture, et les services de « l’ordre républicain » le rôle de victime, je vous invite à lire l’interview1 du conseiller général tarnais Jacques Pages opposé au barrage. Je vous invite également à prendre connaissance des dernières informations2 concernant les responsabilités du décès de Rémi.

Enfin, pour élargir le débat au-delà du Dossier Sivens, pour comprendre la mobilisation et l’exaspération citoyenne autour de Sivens, mais aussi sur d’autres projets, écoutez ou réécoutez l’émission sur France Culture « Du grain à moudre »3. La grand reporter Véronique Rebeyrotte et les autres intervenants4 expliquent que « ces situations sont liées à une exaspération, à une désespérance citoyenne parce que d’autres formes d’actions n’ont pas abouties, que l’expertise citoyenne est ignorée, que les recours en justice ne sont pas suspensifs. ». Dans cette même émission l’anthropologue Alain Bertho5 cite plusieurs exemples de situations comparables à Sivens dans d’autres pays et en tire 3 raisons : « 1) l’autisme des pouvoirs publics, 2) le caractère territorial des projets, 3) l’impact sur l’avenir avec risque d’irréversibilité. »
Le dialogue et l’écoute sont les pivots indispensables d’une confiance solide entre élus et citoyens, ce qui donne ensuite toute la légitimité aux élus pour décider. Et aux élus d’avoir l’intelligence de reconnaître qu’ils ne sont pas toujours compétents, qu’ils peuvent se tromper, que leur légitimité ne leur donne pas le droit de ne pas être remis en question sur leurs décisions quand les oppositions sont argumentées et justifiées. Dans le dossier du barrage de Sivens, tous ces ingrédients ont fait défaut pour le malheur de tous.
Plutôt que d’appeler au rassemblement pour défendre le droit à ne pas être remis en question, vous auriez dû faire appel à l’humilité, et au droit à l’erreur.
Monsieur le Président, recevez mes salutations respectueuses, mais empreintes d’une profonde affliction.

M. Frédéric MANON Conseiller municipal Lacroisille

télécharger la lettre: fm-141107-courrier_president_adm81

1 Interview sur Mediapart du 06/11/14 : « A Sivens un drame était inévitable. »
2 Article de Médiapart du 06/11/14 : Sivens: la faute des gendarmes, le mensonge de l’Etat

Publicités

Un commentaire sur “M. Frédéric MANON Conseiller municipal à Lacroisille

  1. Bravo, Fred !
    Pour m’être rangé à ses cotés , durant des années, afin de faire entendre des solutions alternatives au projet ( inutile et coûteux ) d’Autoroute entre Castres et Toulouse, je veux témoigner ici de la sincérité des convictions de l’auteur de cette lettre, et de son honnêteté . Je reconnais là le Frédéric Manon que j’ai connu, le sérieux de son argumentation . Humilité, dialogue , écoute et respect de l’autre , ces mots qu’il emploie dans sa lettre , il les pratique au quotidien . Le droit à l’erreur, je peux vous dire qu’il n’en use pas souvent . Quelqu’un de bien .

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s