Cahier de doléances des citoyens du tarn

Sivens: ils ont tué Jaurès

Publicités

Mesdames, Messieurs, les élus locaux du Tarn,

« Le courage, c’est de chercher la vérité et de la dire ; c’est de ne pas subir la loi du mensonge triomphant qui passe, et de ne pas faire écho, de notre âme, de notre bouche et de nos mains aux applaudissements imbéciles et aux huées fanatiques. » Voilà ce que déclamait Jean Jaurès, député du Tarn, aux lycéens d’Albi le 30 juillet 1903.

Son lointain successeur en 2014, le député et conseiller général Jacques Valax semble ne pas avoir la même définition du courage. Peut-on vraiment, sans sourciller, les yeux dans les yeux comme M Cahuzac, affirmer que le projet de SIVENS a toutes les vertus de la légalité simplement parce qu’il a été voté à la quasi unanimité par l’assemblée départementale ?

Chercher la vérité, M le député Valax, c’est prendre connaissance des trois avis négatifs formulés par les meilleurs spécialistes des sciences de la nature et de la vie de ce pays (2 avis du Conseil National de Protection de la Nature – CNPN, et 1 avis du Conseil Scientifique Régional du Patrimoine Naturel de Midi-Pyrénées – CSRPN).

Chercher la vérité c’est comprendre sur quoi portent les réserves des services de l’Etat sur ce dossier: la Direction Régionale de l’Environnement de l’Aménagement et du Logement, l’Office National de l’Eau et des Milieux Aquatiques.

Chercher la vérité c’est comprendre pourquoi les conclusions de la commission d’enquête publique n’ont pas été respectées (avis favorable réservé, subordonné à l’avis favorable du CNPN).

Chercher la vérité c’est élucider ce mystère: pourquoi le ministre Philippe Martin, tout juste en fonction accorde les autorisations à ce dossier alors que la ministre précédente les refusaient ?

Ne pas subir la loi du mensonge triomphant qui passe, c’est étudier avec soin le rapport des experts mandatés par le ministère de l’environnement et c’est demander des comptes à ceux qui dimensionnent le projet alors qu’ils ne savent même pas évaluer les volumes d’eau nécessaires pour l’irrigation ou le nombre des exploitations agricoles concernées par ce service.

Ne pas subir la loi du mensonge triomphant qui passe, c’est tenter de savoir pourquoi des CRS ont été déployés tels des appâts dans une nasse, pour prendre position autour d’une cabane de chantier calcinée, protégée par des douves et des barrières. Pauvres singes en cage, ils ont été la risée des manifestants pacifistes avant d’exciter la haine de casseurs organisés cet après midi du 25 octobre 2014. Provocations ? Oui, mais de la part de qui ?

Dire la vérité c’est avouer enfin à qui aurait dû profiter cette affaire si des citoyens vigilants n’avaient pas mis en lumière les zones d’ombres qui l’entourent.

Avoir du courage, ce n’est pas recopier une lettre modèle dictée par le président de l’association des maires et élus du Tarn, M Sylvain Fernandez, qui invite ses collègues maires et conseillers municipaux à adresser au Président du Conseil Général et au Préfet un courrier pour les remercier très solennellement et très chaleureusement pour leur action et celle de leurs services dans le cadre de l’affaire de Sivens. Quand Jean Jaurès commente, argumente, convainc, se bat pour faire progresser les règles qui font société, Sylvain Fernandez lui, invite ses collègues à recopier lâchement le texte d’une lettre modèle. Mais quel mépris pour ces élus locaux qui ne sauraient même pas écrire ! Et quelle médiocrité de la part d’un leader politique qui prétend défendre l’esprit républicain et n’en maitrise ni le verbe ni l’esprit.

Le même S. Fernandez, fait écho aux applaudissements imbéciles et aux huées fanatiques des lobbies d’agriculteurs, d’artisans, de commerçants et d’entreprises en invitant les élus à manifester dans Albi pour poursuivre la construction du barrage de Sivens. On peut légitimement se demander si c’est bien le rôle du président d’une association d’élus que d’attiser de cette façon la haine.

Qui est irresponsable et qui menace la République ? Les jeunes Zadistes qui inventent et prennent en main leur avenir ou ces vieux élus qui s’arc-boutent sur leurs médiocres pouvoirs ?

Elus du Tarn, si vous cautionnez cet appel à la haine, c’est que vous n’avez rien compris à votre jeunesse, vous lui claquez la porte au nez, et vous semez la rage. MM Valax et Fernandez, vous vous revendiquez du socialisme, mais c’est vous aujourd’hui qui tuez Jaurès.

Mais Jaurès disait aussi « Le courage, c’est de dominer ses propres fautes, d’en souffrir mais de ne pas en être accablé et de continuer son chemin.» Alors n’ayez pas peur d’écouter notre jeunesse qui vous parle.

Un citoyen tarnais

ancien adjoint au maire, chef d’entreprise

téléchargez le texte de la lettre Ici

Publicités