Lettre ouverte aux conseillers généraux du Tarn

5 bonnes raisons de vous demander de reconsidérer le projet de barrage de Sivens
Valdéroise, Tarnaise, je suis une citoyenne tout simplement et je pense que chaque citoyen a une légitimité pour exprimer ce qu’il pense d’un projet, quelle que soit sa taille, parce qu’il a un impact sur le territoire où il vit. De plus, depuis plusieurs mois, la gestion de ce projet a été un révélateur des carences de notre fonctionnement démocratique dont chacun peut s’émouvoir.
Je vous propose donc 5 bonnes raisons de voir dans l’abandon d’un projet, une nouvelle chance
pour nous tous :
Pour un nouveau projet qui respecte les principes du développement durable: vous avez devant vous moult expertises, rapports, avis. Il est encore temps d’ouvrir les yeux pour les lire, d’ouvrir les oreilles pour écouter les arguments, les propositions de ceux que vous avez considérés jusqu’à présent comme des opposants obstinés. Et si aujourd’hui vous les considériez comme des êtres sensés doués de raison ?
Non vous n’allez pas simplement renoncer à un projet. Vous avez devant vous l’occasion d’en bâtir un nouveau.
Pour un projet sans conflits d’intérêt : dans ce dossier, on ne peut qu’être perplexe devant les liens « consanguins » entre les organismes maitres d’ouvrages, financeurs, bureaux d’étude, maitres d’œuvre. De plus, sans mettre en cause l’honnêteté des personnes, comment les mêmes élus peuvent-ils siéger dans ces différentes instances et avoir encore un avis objectif sur un dossier ? Ce projet est né tel un être difforme victime d’une consanguinité qui n’a que trop duré. Donnez naissance à un être harmonieux.
Pour un projet sans les stigmates de la violence : d’où qu’elle vienne la violence physique qui dégrade, qui blesse, qui tue est condamnable. Mais il est d’autres formes de violence tout aussi condamnables :
– la violence des mots qui mentent, qui avilissent, qui mésestiment, qui qualifient de bêtise une prise de position citoyenne
– la violence de l’obstination et du refus de dialogue, la violence de l’argument de la légalité face à une demande de débat
Ne vous drapez pas dans votre dignité par obstination qui se transforme en violence. Ouvrez un dialogue pacifiste.
Pour un projet qui respecte légalité et légitimité : oui ce projet a été voté à une large majorité par l’Assemblée départementale ; oui il a été déclaré d’utilité publique. Mais sur quelles bases ? Le respect des procédures juridiques ne garantit pas de la légitimité d’un projet. Nos procédures ne seraient elles pas à reconsidérer car ne sont elles pas à la source du blocage des débats ? D’autres exemples (y compris dans notre département) montrent bien que des projets similaires, votés, déclarés d’utilité publique sont ultérieurement juridiquement remis en cause. Mais entre temps l’ouvrage a été construit et ne sera jamais détruit. N’est ce pas une incitation pour les maîtres d’ouvrage publics à passer en force ? N’est ce pas ce qui provoque le durcissement des échanges puis les manifestations, les occupations et au final l’apparition de la violence ?
Ne restez pas abriter devant cet argument de la légalité. Recherchez les voies et les voix pour un projet légitime.
Pour un projet exemplaire de notre démocratie : prenons la définition de la démocratie dans le dictionnaire Larousse : Système politique, forme de gouvernement dans lequel la souveraineté émane du peuple. La souveraineté émane du peuple. Par les élections le peuple ne délègue pas aveuglément sa souveraineté aux maires, conseilles généraux, députés, … Par nos votes nous ne donnons pas la toute puissance à nos élus. Nous leur confions des responsabilités, nous leur demandons la transparence sur leurs décisions, décisions sur lesquelles « le peuple » garde un droit de regard.

Mesdames, Messieurs les conseillers généraux, en reconsidérant ce projet sur le fonds et la forme, en acceptant le dialogue vous n’aurez pas laissé piétiner la démocratie. Non, vous n’aurez pas reculé devant la violence, vous aurez avancé vers la démocratie, la vraie.
Mesdames, Messieurs les Conseillers Généraux, je garde un profond respect pour les élus de la République et je suis consciente des charges qui leur incombent.
Mais, Mesdames et Messieurs les Conseillers généraux, saisissez l’occasion qui vous est donnée de montrer à vos concitoyens qu’ils ont raison de vous accorder leur vote, leur confiance parce que vous les respectez et vous les écoutez.

Elisabeth CARLIER
81350 – Valderies
Lettre ouverte adressée à tous les conseillers généraux du département du Tarn
Copie transmise au Collectif pour la sauvegarde de la zone humide du Testet ainsi qu’au Collectif
« Tant qu’il y aura de bouilles »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s