Christophe POUYANNE – Maire d’Appelle

Monsieur le Président de l’association des Maires,
J’ai bien reçu votre courriel appelant à un rassemblement des élus pour le rétablissement de l’ordre républicain (?)
Au delà du fait que je trouve cette initiative mal venue, partisane, dont je ne partage pas l’analyse et qui, surtout,  n’est pas de nature à calmer les esprits dans le contexte actuel, il se trouve que vous venez de m’envoyer, par ce courriel, toutes les adresses mails de tous les élus du Tarn. Nous pouvons donc recevoir, tous, potentiellement, des milliers de mails.
Je vous laisse imaginer  l’utilisation que l’on peut faire de cette liste.
Si cela se passe, je me verrais dans l’obligation, pour éviter d’étouffer ma messagerie, de mettre toute cette liste d’élus (dont je fais partie) comme “indésirables”. Est ce cela que nous allons devenir? Des “indésirables”?…
Comme je ne soutiens pas cette initiative, je souhaiterais ne plus faire partie de cette liste.
Respectueusement
Publicités

Jacques PAGES Conseiller Général du Tarn écrit à Sylvain FERNANDEZ

Monsieur le Président de l’Association des Maires et Élus du Tarn

J’ai reçu votre courrier du 6 novembre et j’en suis atterré!

Comment un élu, responsable et choisi par ses pairs pour les représenter, peut-il sans débat préalable, s’associer à des groupes de pression pour appeler à manifester.
Car qui, ici, menace l’ordre républicain ?
– quelques centaines de citoyens idéalistes qui croient (à tort ou à raison) qu’une partie de l’avenir de la planète se joue sur des projets comme Sivens ? projet dont il y aurait quand même, beaucoup à dire sur la légitimité… (voir conclusion non suivie de l’enquête publique et rapport des experts)

– des groupes de pression qui dès qu’un décision des élus menace leurs intérêts catégoriels n’hésitent pas à casser administrations, Trésorerie, Msa, et à dégrader nos centre-ville (réglementation nitrates, taxe poids lourds, encore très récemment …). S’ils ont raison, pourquoi pas les autres?

Le rôle de l’Association des Élus serait-il de contribuer à radicaliser les positions, à s’incrire dans l’un des camps?
Vous avez, à titre personnel, le droit de faire un choix, moi, fils de petits agriculteurs, je ne fais pas le même, qu’importe, cela honore la démocratie.

Mais utiliser un mandat donné dans la confiance par vos pairs pour promouvoir des intérêts partisans, n’est ce pas là, une vraie menace à l’ordre républicain?

Confondre élection et chèque en blanc, n’est-ce pas cela qui conduit nos concitoyens à ne plus voter, à  se défier des élus, à refuser leurs décisions même les mieux argumentées?

Je ne crois pas être un novice de la politique (celle qui se bat pour améliorer la vie de nos habitants): d’abord Conseiller municipal, puis élu 3 fois Maire de cette Ruralité que vous appelez à défendre, aujourd’ hui Conseiller général d’un canton rural bien deshérité, j’ai même été administrateur de l’association des Maires au temps de votre prédécesseur jean marc Pastor qui je le rappelle a contribué à fonder, à Jouqueviel l’association anti-barrage du « viaur vivant » qu’on n’appelait pas encore collectif.

Plutôt que de jeter de l’huile sur le feu,
l’Association des Maires s’honorerait,
d’une part à appeler les élus au calme,
d’autre part à lancer un travail de fond, une vraie réflexion pour faire avancer le débat auquel nous, élus, nous sommes tous confrontés, »légalité et légitimité des décisions des collectivités, comment trouver de nouvelles voies acceptables pour  notre démocratie »
C’est à cette Association d’Élus là que je serai fier d’appartenir !

Au contraire, si on appelle aux  démonstrations de force dans tous les camps, tous nos projets désormais devront-ils finir dans le sang?

Allez donc manifester si c’est votre  conviction, mais n’y engagez pas les autres Élus au nom d’un mandat qui ne saurait vous le permettre.

source

Jean-Michel BOUAT, Adjoint au Maire d’Albi

En tant qu’élu, républicain, humaniste et écologiste, j’appelle humblement les élus Tarnais à retrouver le calme, la vigilance, la modération, dont elle doit faire preuve, à abandonner les postures politiciennes, pire clientélistes, qui ne font qu’attiser une situation hélas déjà tragique. Je souhaite que les seuls acteurs de ce projet renouent un dialogue apaisé, républicain, démocratique, respectueux afin qu’une solution viable et durable soit trouvée à Sivens.

C’est pourquoi je signe, avec toutes les convictions humanistes, écologistes et républicaines qui sont les miennes, cet appel.

Lettre de Denis Pélissié, citoyen tarnais

Messieurs les élus du Tarn,

L’appel à la manifestation lancé par Sylvain Fernandez, président de l’association des maires et élus du Tarn, le samedi 15 novembre, est une provocation alors que l’on sait aujourd’hui dans quelles circonstances la décision de créer cette retenue d’eau à Sivens a été prise. Médiapart, le Monde, Libération, le Nouvel Observateur s’en sont fait largement l’écho… Conflits d’intérêt, choix de ce site car le coût des travaux était plus important qu’ailleurs… La compagnie d’aménagement des coteaux de Gascogne, l’agence de l’eau Adour-Garonne avaient tout intérêt à préconiser la construction d’un tel ouvrage: on n’est jamais aussi bien servi que par soi-même, surtout quand c’est de l’argent public qui est en jeu. Bien évidemment, revenir en arrière demanderait en effet que vous vous remettiez en question; faudrait-il d’autres victimes pour qu’enfin vous n’alliez pas plus loin ? Il existe d’autres solutions que le rapport de force, notamment le dialogue, une concertation sur le fond du dossier. Je suis un modéré, républicain dans l’âme, respectueux des élus d’une manière générale. Cependant, je sais trop le prix des divisions, des crispations… Cela peut provoquer une exacerbation de la colère alors qu’il faut dans ce débat de la sérénité, le sens de l’écoute et de la tolérance. Sivens témoigne des dérives de notre société, de ses travers; on ne peut aménager n’importe comment et à n’importe quel coût; il faut penser différemment les projets en considérant leur impact sur l’environnement, leur intérêt sur le long terme… Il faut prendre la mesure de chaque chose et cela passe par des études contradictoires, provenant de plusieurs organismes, ce qui n’a pas été le cas pour Sivens: dans ce cas précis, la Compagnie d’aménagement des coteaux de Gascogne dont l’un des élus du Conseil général est le vice-président, a mené les études, doit construire la retenue et même l’exploiter… Cela ne devra plus jamais se faire ainsi dans une démocratie moderne, ouverte sur le monde et dans laquelle il faut faire confiance aux citoyens. Oui, Sivens est emblématique d’un système qui est à bout de souffle, d’une démocratie représentative qui a trouvé là ses limites. C’est aussi le symbole d’un monde ancien, d’une époque où les préoccupations environnementales venaient au second plan, où l’on encourageait les projets soi disant structurants sans se soucier du lendemain… Je voudrais ici dire un dernier mot concernant un certain syndicalisme agricole que j’ai vu à l’acte à Toulouse mercredi dernier, le 5 novembre… Jets de purin contre des bâtiments publics, trottoirs souillés par des tonnes de fumier y compris la station de métro Jean Jaurès, des ragondins jetés contre les grilles de la préfecture, comme à Nantes, soit un acte de maltraitance, des tas d’oignons déversés sur la voie publique… sans que les forces de l’ordre soient pour autant intervenues. Il semble que la FNSEA ait bénéficié d’une certaine bienveillance de la part des pouvoirs publics malgré ces dégâts: deux poids, deux mesures… Comprenez que certains puissent voir là une forme d’injustice.

Denis Pélissié, citoyen tarnais.

Lettre d’élus de Blaye-les-Mines

Monsieur le Président,

Suite à votre courrier envoyé aux élus du département, nous ne pouvons  faire autrement que vous répondre tant sur la forme que sur le fond de  votre démarche.
Pour ce qui concerne la forme, nous n’acceptons pas de voir  l’association « Des maires et des élus locaux du Tarn »   instrumentalisée de la sorte. En effet les missions de cette  association viennent d’être gravement outrepassées par vos soins.  Ainsi en diffusant un appel à manifester d’organisation telle que la  trop célèbre FNSEA connue pour ses violences répétées entrainant très  souvent de graves troubles à l’ordre public, mais aussi pour  ses  prises de positions politiques clairement marquées, vous avez porté  atteinte aux principes de neutralité politique qui sont inscrits dans  l’historique et les missions de notre association,  et qui jusqu’à  présent lui garantissait une vrai diversité dans sa composition.

Concernant le fond, faut-il comprendre  que votre démarche consistant  à affirmer « que les décisions prises par les élus, dans le respect  des règles démocratiques, ne sauraient en aucun cas être remises en  question » vise le plus haut  sommet de l’état français et que  celui-ci aurait violé les principes du Droit Républicain? En effet,  outre les manifestants qui depuis des mois se mobilisent contre le  projet de construction du barrage de Sivens, c’est maintenant le  sommet de l’état qui vient de remettre en cause une décision prise  précisément par des élus locaux. Ainsi, c’est d’abord la première  commission d’enquête nommée par Mme Ségolène ROYAL Ministre de  l’écologie et de l’aménagement du territoire qui qualifie ce projet de  « médiocre »,  et c’est finalement au tour de la ministre elle-même  d’affirmer que ce projet « est une erreur » et « qu’il ne pourra  continuer à se réaliser dans ses formes actuelles ».

Nous voyons bien à ce stade, que « l’ordre Républicain » dont vous  parlez est plutôt du côté des manifestants qui ont certainement par  leur action empêché  que ne se réalise un véritable « Désordre  Républicain », tant il s’avère que ce  projet était calamiteux  pour  l’écosystème et les finances publiques de notre département.

Enfin Monsieur le Président, nous pensons que les décisions prises par des élus doivent à tout moment être contrôlées et infléchies si nécessaire par l’intervention des citoyens, et que le droit  de manifester qui est reconnu par la charte des droits de l’homme de l’union européenne  dont la France est membre (idée qui introduit donc la possibilité d’inflexion des décisions car on ne manifeste pas sans but) est un droit inaliénable.

Nous vous prions, Monsieur le Président, de recevoir l’expression de nos sentiments distingués.

Joêl SOUYRI Maire-Adjoint de Blaye-les-Mines, Joël VIGUIER  Maire-Adjoint de Blaye-les-Mines, Claude MASSOL Conseiller Délégué de  Blaye-les-Mines, Mireille GIRALT Conseillère Municipale de  Blaye-les-Mines, Christine CESTARI Conseillère Municipale de  Blaye-les-Mines, Corinne MASSOL Conseillère Municipale de  Blaye-les-Mines, Max REGIS Conseiller Municipal de Blaye-les-Mines,  Stéphanie BELAVAL Conseillère Municipale de Blaye-les-Mines

Lettre d’une simple électrice à S Fernandez

L’appel que vous avez lancé Monsieur S Fernandez, président de l’association des maires du Tarn, à tous les élus de votre département me révolte profondément parce qu’il intervient à un moment où l’apaisement est primordial.

Il est irresponsable, après le décès d’un manifestant, de se réjouir de la façon dont les services de maintien de l’ordre républicain ont opéré et de demander à tous les élus tarnais, je vous cite de « remercier très solennellement et chaleureusement pour leur action et celle de leurs services à Sivens » le Président du conseil général et le Préfet, tous deux responsables, comme ont le sait, de violences policières antérieures à la venue des provocateurs sur le site (dès le 3 septembre 2014).

Vous faites appel «aux applaudissements imbéciles et aux huées fanatiques » et votre parti y perdra tous les électeurs qui, comme nous, pensent que seuls les régimes totalitaires se félicitent d’attiser par la violence la haine des uns envers les autres.

Catherine DAMIANO, simple électrice

Message de l’adjointe au maire de Roquevidal pour M Fernandez

Samedi 8 Novembre 2014

à Monsieur Sylvain FERNANDEZ

Président de l’Association des Maires et des Elus Locaux du Tarn

Monsieur le Président,

Je reçois votre mail et demande de soutien au moyen d’une lettre type dont je n’ai pas choisi les termes et qui ne reflète absolument pas ma pensée et ma vision de cette affaire du barrage de Sivens.

Je suis atterrée et profondément choquée par la mort de ce jeune homme, Rémi Fraisse,  et je m’associe à la douleur de sa famille et de ses proches.

RIEN ne peut excuser la mort d’un être humain, aucune cause ou idéologie.

Dans cette affaire, la démocratie ne s’est pas exprimée, les différentes tentatives des opposants au barrage de se faire entendre n’ont jamais abouti. On assiste donc depuis quelques temps aux conséquences de ce déni de la part des élus et des pouvoirs publics.

Quelle que soit notre position sur la réalisation de ce barrage, le dialogue et l’échange doivent être les fondements préalables à toute décision. Etat de droit, oui, mais droit pour tous les citoyens.

Votre proposition de rassemblement le samedi 15 novembre à Albi est à mon sens une erreur au vu de ce qui s’est passé à Sivens et aujourd’hui même dans plusieurs villes de France. Ce rassemblement ne servirait qu’à remettre le feu aux poudres.

Quand une manifestation prend des airs de guerre civile, au point qu’un manifestant soit tué à coup de grenade offensive, alors je ne peux pas être d’accord pour « remercier très solennellement et très chaleureusement » le Préfet du Tarn et  le Président du Conseil Général du Tarn pour leur action dans cette affaire, ni leur « témoigner ma solidarité et leur exprimer ma gratitude ».

Quant au bien-fondé de ce barrage, ne devrions-nous pas nous servir de l’expérience du barrage de Fourogue, construit à la fin des années 90 ? (cf.article Médiapart du 30/10/14)

Recevez, Monsieur Le Président, mes salutations.

Chantal SAEZ-LOPEZ

Adjointe au Maire de Roquevidal